Sauvons les animaux
Protection animaux

Attention aux prolapsus de la glande de Harder chez les chiens

Saviez-vous que votre chien a trois paupières ? La plupart des gens l’ignorent – jusqu’à ce que Médor développe un prolapsus de la glande de Harder. Mais revenons à cette troisième paupière… Ce couvercle transparent est une membrane nictitante, et il abrite les glandes qui sont essentielles à la vision de votre chien grâce à leur production de larmes. Donc, il se trouve que cette chose dont vous ignoriez l’existence est en fait assez importante.

Le prolapsus de la glande de Harder chez les chiens se produit lorsqu’apparaît un renflement rouge dans le coin de l’œil – un peu comme une cerise, d’où le surnom. Quand vous le voyez, vous saurez de quoi nous parlons. La masse charnue est souvent accompagnée par une déchirure anormale et suintantes.

Le prolapsus de la glande de Harder

Le prolapsus de la glande de Harder est fréquent chez les jeunes chiens de moins de deux ans, en particulier chez les petites races,comme le Cocker, le Lhassa Apso, le Shih Tzu, le Carlin, le Caniche, le Beagle, le Bulldog, le Terrier de Boston et le Bloodhound.

Quelles en sont les causes ?

Pas besoin de vous sentir coupable, votre chien est probablement né avec un ligament qui attache la glande à la membrane, ce qui peut causer à la glande de se retourner littéralement. Lorsqu’elle est déplacée, le sang dans la glande ne circule pas et donc la glande gonfle, rougit.

Même si ça a l’air assez douloureux, le prolapsus de la glande de Harder n’est pas douloureux – sauf peut-être pour l’ego de votre chien. Aïe ! Mais plus il reste non traité et plus la glande est laissée exposée, plus le risque que votre chien développe une inflammation, une infection, ou des dommages qui peuvent compromettre la production de larmes et la vision augmente.

Il n’y a pas de mesures de prévention connues pour le prolapsus de la glande de Harder chez les chiens, mais il existe des traitements qui éviteront à cette maladie de revenir. Avant que l’importance de cette glande lacrymale ait été pleinement comprise, le traitement était simplement de la retirer. Mais le «en cas de doute, enlevez-la »  n’est pas idéal, sachant ce que nous savons maintenant. Après tout, s’il est là, c’est bien pour une raison, non ? L’ablation de cette glande, qui produit environ 40% des larmes de l’œil, peut conduire à un oeil sec, à un inconfort, et à une grande quantité de médicaments. Heureusement, il existe d’autres options de traitement.

Les traitements

Si c’est détecté assez tôt, la glande peut parfois être soulagée en utilisant un massage manuel, des antibiotiques ou des stéroïdes, et dans certains cas, le prolapsus de la glande de Harder se corrige simplement. Mais dans tous les cas, puisque vous ne corrigez pas le problème principal, les chances de rechute dans les jours, voire les heures suivantes sont assez élevés. Donc, soit vous comptez sur vos capacités de masseur, soit vous envisagez un traitement chirurgical comme solution plus permanente au problème.

La technique de « l’enveloppe » ou de la « poche » est la plus courante, selon l’École Américaine des Ophtalmologistes Vétérinaires. Comme son nom l’indique, elle consiste à couper une nouvelle poche dans la troisième paupière, à remettre la glande en place, et à fermer la poche pour éviter que la glande ressorte à nouveau. Voilà ! Alternativement, la glande peut également être accrochée au rebord orbitaire pour la fixer en place. Malheureusement, chaque intervention chirurgicale comporte des risques et aucune n’offre une garantie que le problème ne se reproduira pas dans quelques années.